Marathon de Paris 2010

Souffrance, courage et volonté(

|
 

(texte et photos © Jean-Michel Touche)

 

 
       
     
   

 

 
               
 
                 
     

Marathon ! Le mot est lancé.

Le départ aussi.

Ils sont quarante mille à s'être inscrits pour cette épreuve...
...aux deux sens du terme.

         
                 
   

 

 

Bien sûr, il y a les champions, ceux dont on ne cessera d’entendre le nom tout au long de la course, avec les commentaires les plus  techniques sur leur foulée, leur vitesse, leurs résultats ailleurs.

 

   
         
           
     
    Ceux-ci sont venus pour gagner.
         
 

Mais il y a tous les autres. Quarante mille ! Pensez ! Ils ne peuvent pas tous gagner. Du moins ne peuvent-ils pas prétendre à la première place, ni la dixième… ni la centième.

En fait, ce n’est pas là ce qui leur importe. Ceux-ci sont venus pour gagner sur eux-mêmes, améliorer leur temps des autres années, donner la totalité de leurs forces.

     
 

Ils savent qu’en tout être humain se trouvent des réserves de force inimaginables.

Ils vont y fouiller pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Alors qu’importe la souffrance, ces muscles des jambes qui se raidissent au fur et à mesure que s'alongent les foulées, cette fatigue qui brûle et cette envie de tout arrêter, de s’asseoir, de souffler.

       
       
   
     
  Et que dire de ceux qui font la course avec la force de leurs bras...                
       
                   
Sinon : "Chapeau bas !"
 
   
         
   
 
   
   
 
           
      D’un bout à l’autre de cet interminable parcours, la foule est là qui applaudit, lance de vivats, encourage ceux qui peinent le plus.    
               
 
   
Une foule admirative de laquelle sortent parfois des « Vas-y Papa » ou encore un prénom qui fera naître un sourire sur les lèvres d’une femme ou d’un homme, éreinté peut-être, mais fier d’être là, avec ceux qui puisent au plus profond d’eux-mêmes l’énergie de terminer la cours commencée.
       
             
         
             
       
           
La souffrance se lit sur maints visages, mais tant pis, une foulée de plus, et encore une autre, et encore… jusqu’à avoir franchi la ligne d’arrivée.
 
                       
     
     
 

En cette époque où l’on s’habitue à tout recevoir de suite, sans effort, sans attendre, les écouteurs aux oreilles, voir courir ces femmes et ces hommes qui ne cherchent ni réussite ni gloire, qui ont choisi de s’inscrire dans la catégorie correspondant au temps qu’ils estiment mettre pour franchir les 42 kilomètres et les cent quatre-vingt quinze mètres, est réconfortant. L’effort donne à leur visage une vraie beauté que n’atteindront jamais les images de pub.

 

 

 

 

Et le petit Valentin, poussé par son père, ou un ami, et qui, sur son fauteuil, fait lui aussi le marathon.
Il peut être fier, le jeune Valentin, d’être aimé à ce point !

 
     
     
                       
        Merci à vous, coureurs, d’avoir rendu ses lettre de noblesse à l’effort, à la volonté et au courage.            
                       

 

 

 

    

statistiques