LES MESSAGERS
DE L'ALLIANCE

Entre ombre et lumière

 

(texte et photos © Jean-Michel Touche)

|
     
           
  _________________________________________________________________________________________________________________________________
     
                         
    AU COMMENCEMENT, DIEU CREA LE CIEL ET LA TERRE          
                         

La terre était informe et vide, les ténèbres couvraient l’abîme, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux.

 
             
  Dieu dit : « Que la Lumière soit ! »
Et la lumière fut.
           
                         
   

Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.

(Genèse 1, 1-5)

     
         
           
 

Alors, bien que surprise de cette liberté soudaine, la lumière s'affranchit peu à peu des ténèbres qui jusque-là retenaient prisonniers ses rayons.

 
                         
Elle prit plaisir à flâner, s'extasiant devant la beauté de l'oeuvre qu'elle explorait.    
                         
 

- Ta Création est fascinante ! dit-elle au Créateur.

 

- Tu n'as encore rien vu, répliqua celui-ci.

     
                         
                                       
- Viens, poursuivit-il, je vais te conduire auprès de l'être humain. Tu découvriras ce qu'il a appris à façonner de ses mains.  
 
 

- Allons, viens, insista Dieu. Faufile-toi et regarde. Alors, qu'en dis-tu ?

 
       
                       
       

En se penchant vers la fenêtre que lui indiquait le Créateur, la lumière vit une lampe allumée et de curieuses choses sortant d'un vase.

             
  - Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-elle après avoir bien regardé à travers les carreaux.
- Ce sont des fleurs.
- Est-ce l'homme qui les a faites ?
- Euh ! Non, fit Dieu en rougissant un peu. Cela, c'est moi.
   
                       
    - Mais, penche-toi un peu, là, sur le côté, ajouta le Créateur.
Tu vois ce que je vois ?
           
     
- Oh ! s'exclama la lumière. Cela, c'est toi, n'est-ce pas ?

- Non, fit Dieu en éclatant de rire. Cela, c'est l'homme qui l'a fait. Tu ne t'y attendais pas ?
         
                       
         
           
    Médusée par la beauté simple de la maison qui s'élevait devant elle, la lumière en aurait presque hoché la tête d'admiration si cette faculté lui en avait été donnée.  
           
                         
         
 

- Cela, par contre, ce doit être toi ? suggéra-t-elle, étonnée de se réfléchir dans une pièce d'eau.

Dieu demeura silencieux et se contenta de sourire.

   
         
                                               
               
       
                   
  La lumière poursuivit son trajet. Cela faisait des milliards et des milliards d'années que le Créateur lui avait donné la liberté, et chaque jour lui offrait de s'extasier une fois encore...    
...comme lorsqu'elle rencontra ces deux lustres qui brillaient dans l'obscurité, l'un fait de fleurs et l'autre de main d'homme.
   
                           
   

- Ce que façonne ta créature est très beau, murmura-t-elle, admirative. Je veux voir cela de plus près !

           
                           
        Se faisant alors toute petite, elle se glissa sous une porte et pénétra en silence dans l'univers où vivent les hommes.        
         
                           
 
                 

Ce qu vit la lumière, c'est à peine croyable tant c'était beau.

 
     
 
                   
    Des fleurs à profusion, des ombres par-ci, par-là, des tâches de couleurs admirables, des panaches illuminés...        
... des papillons et des bourdons enivrés de pollen.  
     
           
             
 
                                                   
       
       
 

Profitant du passage de quelques nuages aux formes extravagantes, la lumière décida de s'installer chez les hommes, d'y séjourner durant le jour et de se reposer la nuit venue.

   
       
 
       
 
             
                                                   
                 
               
     

C'est ainsi que la lumière découvrit la terre où vivent les humains...

     
               
        ... et c'est ainsi que les plus petites choses de notre vie se firent belles sous l'éclairage de cette force vive venue de l'origine du monde.    
               
     
         
 
             
 

L'homme, de son côté, ne vit pas tout de suite les merveilles que la lumière faisait naître sous ses yeux.

             
Il alla jusqu'à risquer de perdre son âme dans la violence des guerres et l'outrance de la cupidité.
 

Pourtant la beauté du monde ne devrait-elle pas le fasciner ?

         
   

...Pourtant l'oeuvre à laquelle le Créateur veut l'associer,
ne pourrait-elle pas l'emplir d'une espérance irrépressible et l'amener à participer à sa propre création !

 
         
                   
     
       
       
                     
     

Et la vie !

Que dire de la vie, cette merveille renouvelée chaque matin,
          pour laquelle nous devrions louer Celui qui nous l'a donnée !

     
                         
         
       
           
       
           
                       
 

Depuis le rouge sang jusqu'au plus profond des bleus,

               depuis la paille jusqu'à l'or. . .

                 
             
                 
   

. . . tout vient se refléter dans l'eau de nos rivières, comme pour nous inviter,

     mystérieusement,


                 à réfléchir !

         
                 
         
               
      - Et l'homme, interrogea la lumière, que dit-il de tout cela ?  
               
        Le Créateur poussa seulement un soupir.    
                                                   
          Curieuse par nature, la lumière se fit belle comme jamais, prit la forme d'une étoile en plein ciel bleu, et tenta d'approcher cet être étrange, cet homme dont lui avait parlé le Créateur et dont elle voulait percer le secret. Mais, aveuglé, l'homme prit peur et se dissimula.                      
                                                   
                 
                                                   
       

Ce n'est pas ainsi qu'il faut s'y prendre avec lui, tu risquerais de l'effaroucher, intervint Dieu.

Pour parler à l'homme, il faut s'adresser à lui presque comme le ferait un ange.

Presque à la manière d'une confidence.

Regarde.

                 
                                         
                                                   
                           
     

Dieu infini prit l'apparence d'une simple veilleuse et attendit.

       
                           
        Dieu se laissa approcher, réduisant sa propre lumière au point de n'être presque plus visible, afin de ne pas effrayer l'homme.          
                           
                                     
   

Quand enfin la créature s'approcha de son Créateur, elle lui murmura un minuscule
"Merci"
fait de timidité et de maladresse.

                 
                                     
              Dieu en rougit de bonheur.                
                                     
                                                   
          Mais comme, dans son immense délicatesse, il avait presque éteint la veilleuse, personne n'en vit rien              
                                                   
_________________________________________________________________________________________________________________________________
                                                   

 

 

 

    

statistiques